Dans l’abside médiévale de la Collégiale Saint Marie de Clans, situé derrière le Maître-Autel dans la partie méridionale de l’édifice, ancien Chœur de ce qu’il nous reste de l’église primitive du XI ème siècle, d’architecture romane, des éléments peints de toute beauté illustrent une curieuse scène de chasse.

IMG_0197

Cette peinture murale semble être ancienne, le graphisme des animaux font songer à celui de l’art roman du XI ème, alors contemporain de la première église Sainte Marie citée pour la première foi comme « déjà construite » en 1066 dans une charte de donation des frères Lagito, qui donnent le territoire de Clansio au diocèse de Nice.

Cependant certains détails évoquent de repeints plus tardif, notamment la présence d’étrillés n’apparaissant qu’au XIV ème siècle. Il semble donc que cette scène de chasse fut repeinte à cette époque, au moment où l’espace a été agrandi afin d’accueillir l’affluence de fidèles. A gauche du clocher, vient alors s’apposer une voute plein cintre en contrefort, appelée aujourd’hui Chapelle Saint Pierre, elle porte des fresques du XIV et servie alors conjointement de coeur avec l’abside médiévale. La scène de chasse devient un espace terrestre et dans un circuit de circulation liturgique, un accès sous le cloché permet d’accéder à la chapelle Saint Pierre qui symbolise un espace céleste (Cf les peintures murales de la Chapelle Saint Pierre.)

Au XVII ème siècle, la construction du maître autel baroque monumental, débutée en 1681 et achevée en 1686, ferme cet espace méridionales et fait de l’abside médiéval et de la chapelle Saint Pierre des salles capitulaires où les chanoines se réunissaient en chapitre.

Quoi qu’il en soit, les repeints du XIV ème auraient pu dénaturer les peintures du XI ème siècle, transformant la lecture de l’iconographie. A ce bestiaire sacré de l’âge roman, vient s’ajouter un noble fauconnier accompagné de son manant, une représentation très prisée par l’aristocratie qui, en cette période, aime a s’illustrer dans les peintures ecclésiastiques.

De la peinture du XI ème siècle, le bestiaire sacré :

La lecture s’effectue de gauche à droite, elle débute à la représentation d’une tête de cochon et se termine au protagoniste qui fait directement face cerf. À partir de ce point l’arrière plan se dégrade et appuis la théorie du repeint tardif en ce qui concerne la scène de chasse sur l’autre partie du mur à droite.

Tout ce qui englobe la scène du bestiaire sacré du XI ème siècle comprend le cochon, l’éléphant, le cerf et le protagoniste à cheval.

Le cochon, que l’on devine puisqu’il n’en reste que la tête et deux pattes, pourrait dans son caractère sacré, symboliser Saint Antoine l’Ermite qui utilisait cet animal pour soigner la fièvre des ardents.

L’éléphant ou plutôt oliphant, est tout à fait particulier, petite trompe, visage humanisé, fin sur de longue pattes griffus. Il ressemble à un animal mythologique, ce qui s’avère en être un étant donné qu’au XI ème siècle, l’éléphant était un animal d’orient. Les occidentaux n’en avait pour représentation que ceux des bestiaires fantastique et notamment dans un psaume lié à Marie. On y raconte que l’éléphant naîtrait dans un étang par la grâce de Dieu, symbolisant l’immaculée conception. La présence de cet éléphant ici, rappel donc le vocable de la Vierge Marie.

IMG_0196

Le cerf, symbole du Christ, porte trois cornes, ce qui en fait un cerf tricéphale représentant la Sainte Trinité, il est assaillis par deux chiens, éléments des repeints du XV ème siècle probablement. Il est au centre de la composition ce qui le positionnait au dessus de l’autel.

IMG_0195

Le protagoniste en cotte de maille qui meurtri le cerf christique de son arc, semble être un repeint partiel, le rajout le la cotte de maille et des étrillés datent certainement du XV ème siècle mais si on suppose que sa présence était déjà là au XI ème, alors ces éléments peints sont surement un représentation hagiographique de la vie d’un Saint tel que Saint Eustache qui rencontre la foi lors d’une chasse au cerf et voit le Christ à travers celui qu’il chasse.

IMG_0194

Des repeints du XV ème siècle, la scène de chasse :

À partir de ce protagoniste l’arrière plan disparait faisant de la suite des évènement une scène de repeints. À la suite du XIV ème siècle l’aristocratie investit les espaces sacrés et il n’est pas rare de voire des scène de vie profane orner édifices religieux. Cette scène de loisir illustre parfaitement trois types de chasse, la chasse à l’arc, la chasse à la battue et la chasse au faucon.

À droite de l’archet en cotte de maille se trouve un manant qui chasse à la battue, il est pieds-nus et brandis un fouet pour certainement battre des buissons que l’on ne peut qu’imaginer.

IMG_0193

Et enfin le fauconnier, dont on a perdu la partie supérieures et le faucon mais qui illustre le rand de la noblesse fièrement campé sur un étalon blanc. La fracture graphique est visible, l’anatomie de l’animal, plus développée et détaillée, jure avec celle des précédents et à cet instant, l’arrière plan composé de rupestres drapés a totalement disparu.

IMG_0192

Article de Combe Laetitia.

 

 

 

Publicités