La chapelle des Pénitents Noirs, vient couronner la splendide allée des tilleuls située dans la partie supérieure du village, au début de la route de la forêt. À l’origine de son élévation, elle ne comprenait qu’une travée de chœur, à l’image des chapelles dites « de passage », ouvertes aux voyageurs, tel que la chapelle Saint Antoine l’Ermite.

Construite dans les environs de 1500 et certainement dédié à un saint, elle devient chapelle des Pénitents au XVIIe siècle, entre 1620 et 1630, pour la « Confraternité de la Miséricorde », à la suite d’un legs de Jacques Saramandi. Vers 1645, son chœur est orné d’un retable de Jean Rocca, une magnifique Vierge à la Miséricorde. L’autel baroque richement décoré, conserve encore aujourd’hui deux reliquaires de « monstrance ».

La Chapelle est agrandie en 1680-81, on y ajoute à sa titulature celle de Notre-Dame de la Miséricorde. Le porche date de 1821, période de remaniement qui entraine certainement la création des peintures murales que l’on peut voir sur la voute en berceau brisé. L’harmonium, autrefois dans la petite mezzanine au dessus du portail, est à présent conservé dans la Collégiale de Clans.

Cette chapelle fut aussi le lieu de réunion du conseil de la communauté, elle accueillait le « Mont Granatique » qui prêtait des céréales aux agriculteurs dans le besoin. Jadis essentielle à la vie du village, elle reste aujourd’hui très appréciés par les artistes peintres, plasticiens et musiciens, qui l’investissent régulièrement lors d’expositions, de performances et de concerts.

Article de Combe Laetitia.